C’était le mardi 11 février, 15 ans après la promulgation de la loi pour l’Egalité des Droits et des Chances sous la présidence de Jacques Chirac que la Conférence Nationale du Handicap s’est déroulée.

Dans l’enceinte de l’Elysée, les représentants du gouvernement, les associations, les chefs d’entreprise et les médias ont pu écouter Emmanuel Macron : Travail inclusif, politique inclusive, école inclusive, droits élémentaires sur la liberté, revalorisation des aides matérielles et humaines, appel à la mobilisation politique dans le cadre des Municipales, Emmanuel Macron a développé son discours relatif à l’accessibilité sur tous les fronts.

Allocations, accompagnement administratif…

Fruit d’un combat collectif et associatif, l’allocation versée à 1,2 millions de personnes ne sera ni transformée, ni confondue dans le revenu universel d’activité.

Un numéro unique #360 sera mis en service en janvier 2021pour aider les personnes en situation de handicap à sortir de l’isolement et de l’insécurité. Et ce, par des moyens humains, en leur mettant à disposition des interlocuteurs dédiés qui pourront les accompagner dans leurs démarches administratives. Ce numéro fluidifiera les échanges pour permettre aux personnes en situation de handicap de trouver des solutions pour pallier les problèmes d’accessibilité qu’ils pourraient rencontrer au travail, à l’école, etc. La création de ce numéro de téléphone unique est l’une des mesures phares de cette 5e Conférence Nationale du Handicap.

L’école inclusive

Le chef de l’État entend apporter des réponses concrètes aux problématiques laissées sans solution, dont notamment celles de « l’école inclusive », la démarche politique et éducative visant à rendre possible la venue de tous à l’école, collège et lycée.

L’école inclusive a comme objectif de favoriser la socialisation et d’unir la diversité, en tolérant la différence au sein des établissements scolaires.

Le problème rencontré est celui des accompagnants des enfants en situation de handicap.

Pour le résoudre, l’État s’engage à employer un nombre supplémentaire d’accompagnants. 11.500 de postes supplémentaires devraient être créés d’ici à 2022, s’ajoutant aux 66.000 prévus à la fin de l’année.

Les départs contraints des personnes en situation de handicap à l’étranger

Le Président de la République souhaite trouver rapidement des solutions pour accueillir les personnes ayant des besoins soutenus, dont notamment les personnes atteintes d’autisme.

Les départs contraints vers la Belgique ont été l’un des sujets cruciaux de la rentrée lors du vote du Budget de la Sécurité Sociale 2020.

1000 places seront créées dans trois régions prioritaires (Île-de-France, Hauts-de-France, Grand-Est).

De même 2500 places supplémentaires seront ouvertes en établissements ou en services pour accompagner les transitions, et coordonner les entrées en milieu spécialisé si nécessaire.

La signature de la convention d’engagement

Enfin, la convention d’engagement a été signée à cette occasion par Sophie Cluzel, le président de l’ADF (Aide à domicile à la famille) et les représentants des associations.

Cet engagement est un accord de portée générale entre tous. Il met l’accent sur la qualité de l’accompagnement pour trouver des solutions concrètes et une véritable égalité entre les citoyens dans l’accès aux droits dans toute la France.

« Ma MDPH demain »

Par ailleurs, cet accord prévoit aussi un programme intitulé “Ma MDPH demain” ainsi qu’un futur accord de méthode sur le fonctionnement et le pilotage des MDPH. Effectivement, les dysfonctionnements des Maisons Départementales des Personnes Handicapées ont été soulignées lors de la CNH : retard dans les traitements, complexité administrative…!