Des pratiques pour favoriser l’accessibilité des villes et villages sont à engager, et cela afin d’améliorer le cadre de vie de tous, sans de distinction relative au handicap.

Le Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) a pris l’initiative de publier un recueil qui recense ces actions à mener . Cet ouvrage, sorti en 2018 , est intitulé “cœurs de villes et de villages accessibles à tous, recueil de belles pratiques”.

Les dispositions à prendre en matière d’accessibilité décrites dans ce recueil, apporteront un confort indéniable aux handicapés, mais aussi à l’ensemble des usagers, tout en donnant un aspect plus moderne aux villes, (le fait de la mise en place de dispositifs innovants).

Aussi, l’accessibilité représente une belle opportunité pour repenser les espaces publics, les équiper afin d’envisager sur le long terme la physionomie de ces villes destinées à nous accueillir, citoyens d’aujourd’hui, futurs résidents séniors.

Rappelons que ces derniers sont directement concernés par la politique d’accessibilité et les dispositions relatives à l’inclusion, qu’il faut nécessairement et obligatoirement prendre en compte.

Lien social, accueil, convivialité sont finalement des valeurs « clé » qui découlent de la loi Handicap du 11 février 2005.

Cette publication énumère 23 dispositions à prendre pour la mise en accessibilité de ces municipalités plus ou moins étendues. Parmi ces mesures, l’accessibilité de la voirie et des espaces publics, mais aussi celle des arrêts de transport, des commerces ; la valorisation des piétons, en réduisant les vitesses et en favorisant la marche à pied, en adaptant le stationnement pour « libérer » des espaces…