13, 4 milliards d’euros seront consacrés à la politique de mobilité et à optimiser l’accessibilité dans les transports. Telle fut la décision prise par l’assemblée nationale mercredi 19 novembre 2019 qui ainsi a adopté le projet de loi d’orientation des mobilités.

Le projet de loi d’orientation des mobilités, c’est-à-dire ?

Accessibilité, économie, propreté… Ces trois axes font partie du projet de loi d’orientation des mobilités. Au quotidien, les français ne disposent pas d’ infrastructures et d’équipements satisfaisants. Les transports sont d’autant plus pénibles quand les usagers sont en situation de handicap.

Le gouvernement entend motiver les collectivités territoriales et les sociétés de transports à développer leurs services pour qu’ils soient plus accessibles aux personnes à mobilité réduite, tout au long du trajet et plus globalement du “parcours”. Des services modernisés grâce aux innovations technologiques verront le jour.

Soutiens financiers

Les personnes à mobilité réduite sont directement concernée par la politique d’inclusion, qui se développe depuis ces dernières années à grande vitesse.

C’est ainsi que l’attitude du gouvernement sera d’être solidaire. Et ce, au travers de ses actions : actions financières, conseils ou accompagnements individualisés, etc.

Cela s’organise localement, au niveau régional, départemental. Les collectivités publiques à ces niveaux pourront mettre en place la « mobilité solidaire » : Les billets et tickets des divers transports seront moins onéreux pour les personnes à mobilité réduite mais aussi pour leurs accompagnateurs.  Aussi, les personnes en situation de handicap pourront accéder aux services des transports adaptés, sans restriction et sans avoir besoin de passer par une commission médicale locale comme cela l’était, auparavant dans certains cas.  

Communication facilitée

Toutes les données relatives à l’accessibilité des services des personnes en situation de handicap seront visibles et publiques. Cela est essentiel pour qu’émergent des GPS et des calculateurs d’itinéraires. Cela sera applicable pour les services publics de transport (routiers et ferroviaires), notamment.

Une unique plateforme permettra la réservation de dispositifs d’assistance. Cette plateforme évitera aux personnes en situation de handicap de se perdre dans une multiplicité de numéros pour joindre les différentes gares.

Afin de suivre pas à pas le cours de l’évolution, des rapports seront fréquemment publiés qui feront un bilan de l’accessibilité du réseau.

.