C’est avec honneur que Myd’l a réalisé et installé quatre escaliers métalliques pour la ville de Paris. Ces dispositifs sont destinés à relier la chaussée au site de la Petite Ceinture, permettant ainsi aux usagers de se rendre en bordure de cette ancienne voie ferrée, dont le devenir attisait toutes les curiosités, ces dernières années…

Après avoir remporté l’appel d’offres, publié par la ville de Paris, Myd’l a capitalisé toute son énergie pour mener à bien ce chantier.  

L’histoire d’une zone ferroviaire

La petite ceinture était anciennement un chemin de fer à double voie, destiné aux trains qui approvisionnaient en marchandises différentes entreprises (industries, commerces, etc) des quartiers parisiens. Elle faisait le tour de la capitale, à l’intérieur des boulevards des Maréchaux. L’été 1862, en juillet, les trains de la Petite Ceinture servent au transport des parisiens de Batignoles-Clichy à la Rapée-Bercée, puis peu à peu, de tout le contour.

Des décennies passent ainsi, mais en 1934, la ligne ferme : l’utilisation des métros, des bus et des voitures devient de plus en plus fréquente, ce qui entraine sa désertion progressive. Pendant plusieurs années, la petite ceinture est en friche, laissée à l’abandon.

2016-2020 : le chantier de la Petite Ceinture

En 2006, la ville de Paris en collaboration avec la SNCF décide de reprendre en main cette zone, au potentiel fort à développer afin d’en faire un lieu actuel, ancré dans l’ère du temps ; et peut-être de le transmettre à d’autres, de générations en générations, pour qu’elles poursuivent le récit de son histoire.

Des pistes cyclables, et des projets sportifs et culturels y ont vu le jour. Dans le 14e et 18e arrondissements notamment, les habitants et les écoliers du quartier cultivent des monceaux de terre dans le cadre de « jardins partagés ». Ces derniers permettent de se retrouver en contact avec la nature, et d’y vivre des moments sains ! De même, les rêveurs ou promeneurs solitaires s’y perdent le temps de profiter de la quiétude et du calme de cet endroit où la nature a le droit de cité.

Certaines adresses telle la Recyclerie, lieu de partage coopératif et éco-responsable, située Porte de Clignancourt (18e arrondissement) bénéficie de ce paysage désaffecté. Le jardin de ce restaurant-cantine s’ouvre sur une petite terrasse, menant à un escalier qui ouvre la voie sur une promenade longeant l’ancienne voie ferrée.

D’ici 2020, et depuis 2016, 8 km de la Petite Ceinture seront ouverts au public ; la totalité atteint une longueur de 32 km. Cet été, quatre nouveaux tronçons ont été inaugurés (12e, 14e, 16e et 17e), ils viennent étoffer la liste des lieux réhabilités. De nombreuses célébrations (ateliers ludiques et animations en tous genres) ont eu lieu le 29 aout 2019, mettant Paris en liesse.

L’intervention de Myd’l pour la Petite Ceinture

La ville de Paris a engagé des travaux d’aménagement importants afin d’habiliter la Petite ceinture en espace de promenade, tout en respectant le cadre naturel et, en intégrant cette ancienne zone ferroviaire au paysage urbain d’aujourd’hui.

Un escalier en métal a été réalisé et installé dans le 12e, un autre dans le 14e et deux, dans le 17e. Ce projet longuement muri par les experts de la société Myd’l a remporté l’adhésion de la ville de Paris et celle des experts en paysagisme de la division des espaces verts.

C’est le paysagiste Jérôme Saint-Chely qui a imaginé cette zone de promenade dont l’identité s’ancre dans l’histoire du réseau ferroviaire de Paris. Aujourd’hui, La Petite Ceinture devient à la fois un lieu de détente, de fêtes, de découvertes, de plaisirs et d’activités culturelles et sportives.  

Conception et installation des escaliers par Myd’l

Depuis le samedi 27 juillet, les escaliers du 17e arrondissement ont été mis en service. Ceux du 12e et du 14e arrondissement sont ouverts au public depuis le 31 Aout. Avant ces dates, seuls les agents SNCF et les personnes concernées par le projet de réaménagement des voies de la Petite Ceinture de Paris pouvaient descendre en contrebas à l’aide d’escaliers provisoires, mis à disposition à cet effet.

Pour mener à bien ce projet, installer les escaliers pour le public, Myd’l s’est en premier lieu souciée de comprendre précisément le type de design souhaité par le paysagiste de la ville de Paris. Sa volonté s’est orientée vers un style qui évoque l’ère industriel du début du XXe siècle. La première étape pour mener à bien ce projet a été pour Myd’l, de se mettre en accord avec les contraintes architecturales (dimensions, volume, etc). Bien sûr, Myd’l a respecté les contraintes classiques liées à la résistance : la structure ne faiblit pas sous le poids des utilisateurs, ni à l’effort du vent, ni même à la présence massive de la neige. Ces calculs de résistance prennent également en compte les cas de séismes et de vibrations.

Puis, Myd’l a réalisé les dessins et les plans afin de fabriquer, au sein de ses ateliers, les différentes parties du dispositif. La structure, les caillebotis (plancher de l’escalier) et les garde-corps ont été installés cet été 2019 par des techniciens divisés en petite équipe de 5 à 8. Ils ont finalisé le chantier en ajoutant des éléments décoratifs tel que le sémaphore mais aussi les éléments d’accessibilité (dalles podotactiles ou contremarches) à la structure d’ensemble.

Ces quatre escaliers ont séduit le comité d’experts de la ville de Paris grâce à son style industriel (qui rappelle les rails de la voie ferrée) mais grâce aussi, à la touche finale, le panneau de signalétique ferroviaire installé en haut des escaliers qui fait écho à l’identité des lieux.

Ces quatre escaliers, dont l’un est d’une hauteur d’1m25, d’une largeur de 3m90 et d’une longueur 7m38 sont étudiés pour durer une trentaine d’années et supporter une lourde charge.

Le chantier de la Petite Ceinture en chiffres 

4 escaliers :

 – 36,112 tonnes

– 2594 boulons

– 3840 heures de travail

– 462m mains courantes et garde-corps