« Destination pour tous », est un label décerné aux sites touristiques accessibles.

Ces villes permettent des séjours prolongés inclusifs et… pour tous ! Cette année, la ville d’Amiens est devenue la première ville française à obtenir cette distinction délivrée par Tourisme et Handicap.

Tous les handicaps sont pris en compte : handicap physique, sensoriel, cognitif, mental, psychique, le polyhandicap, perte d’autonomie liée à l’âge…

Le répit, les loisirs, la culture sont notamment adaptés aux personnes à mobilité réduite. Ainsi, ils vivent des vacances confortables, et cela grâce aux infrastructures adaptées.

Cette innovation pousse les municipalités à développer leur offre dédiée aux touristes, en adaptant leurs municipalités aux contraintes liées aux normes d’accessibilité décrites dans la loi.

Ce sont les ministres chargés du tourisme et des personnes handicapées, incarnés par la Direction Générale des Entreprises (DGE) et par la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCS) qui composent la Commission nationale Destination Pour Tous (CNDPT).
 

Située dans le département de l’Aveyron, en région Occitanie, la commune Monastère a entamé depuis 2015 de lourds chantiers de mise en accessibilité de ses principaux établissements.

Cette petite ville (2230 habitants environ) est connue pour son patrimoine historique relaté dans le livre de Jean-Louis Roques (Le Monastère, une abbaye, un village). Néanmoins, ses élus s’impliquent activement pour moderniser la ville, en l’équipant de façon à la rendre accessible aux personnes à mobilité réduite.

Le 19 juillet, l’inauguration a eu lieu en présence de Michel Gantou, maire de la ville.

La visite des locaux, le rappel de l’histoire de Monastère et bien entendu un moment de partage convivial autour de toast et de verres de vin ont rythmé la journée.

Ce 19 juillet marque la fin de quatre années de travaux : en 2010, des diagnostics et des études ont été réalisées sur l’accessibilité et les améliorations énergétiques. Le 28 septembre 2015, la ville adhère au programme AD’ap pour la mise en accessibilité des ERP. Dans l’ordre des priorités, des travaux sont réalisés à la mairie centre social, puis dans la salle polyvalente d’animation, au RAM jeunes Grange, puis dans l’École.

Le coût total de l’opération s’élève à 416 112 € ; et les aides de l’Etat, de la région et du département représentent 41 % du montant total HT.

Les nez de marches sont des produits conçus pour être installés sur le rebord des escaliers afin de sécuriser les usagers PMR. Avec leur couleur contrastante, ils offrent un repère visuel, permettant ainsi aux malvoyants de repérer les marches.

Pour garantir le respect de la règlementation précisée dans l’arrêté du 8 décembre 2014, il faut que les nez de marches soient conformes à des normes très sécuritaires.

Quelles normes pour les nez de marches ?

Les nez de marches permettent de guider les malvoyants en leur offrant un repère visuel. Conformes aux normes de l’accessibilité, ils remplissent tous ce cahier des charges :

  • De couleur contrastante par rapport au reste du décor
  • Antidérapante
  • D’une largeur de 3 cm

De la pose idéale à la mise aux normes réussie

Mydl propose un service d’installation des nez de marches. Grâce à l’intervention de nos experts, les escaliers de votre établissement seront rapidement et efficacement conformes aux normes de l’accessibilité !

Effectivement, l’installation des nez de marches participe avec celle d’autres produits comme les contremarches, à rendre accessibles les établissements recevant du public (ERP) aux personnes à mobilité réduite (surtout les déficients visuels)

Pour rappel, ces normes obligatoires découlent de la loi Handicap du 11 février 2005, promulguée par Jean-Pierre Raffarin. Elle introduit une idée égalitaire, un mantra : l’Accès à tout pour tous.

Escaliers adaptés à l’intérieur ou à l’extérieur ? Tout dépend du matériau !

  • Les nez de marches intérieurs sont souvent en aluminium, en laiton, adhésif, photoluminescent, en aluminium polymère ou, en bois ; ils s’adaptent au fort trafic et ne s’usent pas.
  • Vous pouvez également utiliser ces matériaux cités ci-dessous pour réaliser des nez de marches extérieurs, sauf l’adhésif, le laiton et le bois, qui ne résistent pas aux intempéries… Sans oublier, l’alu minéral qui est très efficace en extérieur grâce à ses qualités anticorrosives.

Si vous souhaitez plus d’informations sur la mise aux normes des escaliers par le biais de l’installation des nez de marches, suivez ce lien :

Yann Jondot, maire de Langoëlan  (Morbihan), est décoré chevalier de la Légion d’honneur cette année. Paraplégique, il a mis son vécu au service de la commune et s’est engagé sur la question du handicap ; cette décoration va lui permettre de fortifier ses actions…

C’est dans la petite commune de Langoelan, que Yann Jondot déploie des solutions pour mettre aux normes de l’accessibilité la commune et s’engage à bien des égards : il invite à noter les villes sur leur accessibilité, il incite aussi les maires à vivre l’expérience de se déplacer en fauteuil roulant pour mieux diagnostiquer les problèmes d’accessibilité.

Les « petites actions » engagées par la mairie de Langoelan, avec souvent peu de moyens ont améliorer l’accessibilité des lieux : par exemple, des agents ont réussi à rendre les toilettes de la mairie accessibles aux pmr pour seulement 3000 euros.

Yann Jondot, maire dynamique engage toutes les formes d’actions possibles, petites ou grandes, illustrant ainsi qu’à l’impossible nul n’est tenu.

Pour rappel, en 2005, la loi Handicap est promulguée ; elle instaure un cadre législatif pour l’accessibilité des établissements recevant du public pour les personnes à mobilité réduite, notamment. Aussi, depuis la création des AD’aps (programme avancé de mise en accessibilité des ERP), de nombreux établissements se sont mis aux normes de l’accessibilité… et pourtant les petites communes sont rarement accessibles aux PMR (personnes à mobilité réduite) !

Rendre une ville accessible aux personnes à mobilité réduite implique notamment de mettre à dispositions des équipements de transport adaptés. Les fauteuils roulants électriques en libre-service sont à disposition des toulousains depuis le 5 juin 2019.

C’est une première mondiale et la France a l’honneur… et plus précisément Toulouse !  Ces fauteuils électriques sont effectivement installés sur les parkings français publics par Indigo Weel, une filiale de Vinci. Ce dispositif pratique, sécuritaire utile et ludique est destiné aux personnes à mobilité réduite ou atteintes d’un handicap temporaire. Au nombre de 5, ils seront installés sur les parkings. Pour en profiter, il suffit que la personne à mobilité réduite réserve deux heures à l’avance. Après utilisation, il est obligatoire de rendre le fauteuil électrique au personnel du parking. Pour ce qui est du tarif, il s’élève à 5 euros pour une durée de quatre heures. Grâce à leur autonomie de 15 km et la vitesse qui s’élève à 6,4 km/H, le fauteuil roulant permet des déplacements sécurisés. Cette initiative toulousaine motivera peut-être d’autres métropoles à agir de la sorte !

Afin de préparer les jeux olympiques 2024, la ville de Paris a demandé que la capitale mette en place des dispositifs d’accessibilité dans les stations de métro parisiens ; c’est ce qu’avait fait Londres avec succès.

Le 2 juillet 2018, le conseil de Paris a formulé son souhait auprès de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, patronne des transports franciliens de développer l’accessibilité du métro parisien. Bien entendu, il s’agit de rendre en priorité accessibles les métros desservant des sites olympiques.

A Londres, en 2012, les réseaux de transport accessibles ont augmenté de 14 %, la proportion passant ainsi de 26 à 40 % !

Dans l’état actuel des choses, 15 stations du métro parisien seulement sont accessibles et 7 % de la population parisienne est officiellement handicapé.   

La maire PS Anne Hidalgo veut rattraper ce retard d’ici 2020, qui marque l’arrêt de son mandat en s’appliquant à rendre accessibles aux personnes à mobilité réduite les équipements publics.