Rencontre avec Thomas Biraben

Thomas Biraben

Bonjour Thomas, peux-tu te présenter à nous ?

Je m’appelle Thomas Biraben, j’ai 31 ans, je suis arrivé chez Myd’L en octobre 2017 en tant qu’ingénieur commercial

 

En quoi consiste ton poste ?

Mon rôle est d’une part de gérer le suivi de nos Grands Comptes, de traiter leurs demandes entrantes, de suivre l’exécution des affaires puis le suivi facturation de la totalité des projets. Je pilote aussi le traitement de flux entrants c’est-à-dire l’ensemble des demandes qui nous arrivent via le standard téléphonique ou e-mail.

Si tu pouvais définir ton métier en un seul mot, quel serait-il ?

Relationnel

 

Quelles qualités sont indispensables pour exercer ton métier ?

Il faut avoir des capacités d’écoute, de la patience et du relationnel. C’est l’ADN du métier de commercial, tant auprès des clients qu’en interne.

 

Quel a été ton parcours avant ta prise de poste ?

Je suis titulaire d’un diplôme d’ingénieur orienté BTP et Construction. J’ai ensuite travaillé deux ans au Qatar pour assurer l’ouverture de la branche locale d’une PME Française. Je suis ensuite revenu en France pour travailler quatre ans dans un bureau de contrôle en tant que responsable Grands Comptes jusqu’à fin 2017 où je suis arrivé chez Myd’L.

 

Comment es-tu arrivé dans le secteur de l’accessibilité ?

Comme dit précédemment, je travaillais dans un bureau de contrôle avant d’intégrer Myd’l. J’y ai connu l’accessibilité PMR dans ce qui concerne le diagnostic et le dépôt des dossiers auprès des autorités. J’ai par la suite eu l’opportunité d’entrer en contact avec Myd’l qui est une entité qui m’a rapidement plu car elle œuvre dans un domaine porteur.

 

Quel regard as-tu sur l’accessibilité ? A-t-il évolué ? Pourquoi ?

Mon regard a évolué de deux manières depuis mon entrée chez Myd’L. Il y a la manière professionnelle qui fait que j’ai un sens un peu plus global sur l’accessibilité, je me rends compte de tous les types de handicap qui peuvent exister tels que le handicap moteur, visuel, cognitif et sonore. Et en second, la manière personnelle qui fait que je réalise qu’il y a encore du travail au niveau de l’accessibilité maintenant que je transporte régulièrement une poussette.

 

Peux-tu nous raconter une journée type ?

Il n’y a pas vraiment de journée type mais certaines activités sont prédominantes. La première est le traitement de la demande des clients. Nous allons d’une part réceptionner leurs demandes et contribuer à leur apporter une réponse précise sur ce qu’ils attendent. Ensuite nous nous tenons informé régulièrement de l’état d’avancement de leurs dossiers pour être capable de les tenir au courant de l’avancé des projets. Dans un métier où il y a de la production que ce soit au niveau de la fabrication ou des interventions de pose il y a des aléas qui peuvent être rencontrés. Il faut donc être capable d’être réactif pour trouver des solutions avec le client, le but étant que le client soit satisfait d’avoir travaillé avec nous.

 

Quel est ton plus beau souvenir chez Myd’L ?

J’aime avoir du relationnel avec les gens et cela se retrouve dans les bons souvenirs que j’ai. Deux barbecues ont été récemment organisés avec l’ensemble du groupe, c’était une manière très sympa de se retrouver ensemble. C’était agréable, on a discuté avec tout le monde et échangé d’une manière différente que dans un cadre strictement professionnel.

 

Est-ce que tu peux nous définir l’entreprise Myd’L en un mot ?

En expansion

Interview menée par Léa Elsensohn